Ma bite et mon boîtier : la fin d’un mythe viriliste.

Je ne sais pas comment vous gérez vos moments de déprime mais personnellement l’idée d’aller me droguer et baiser dans les bordels d’Asie du sud-est ne m’est jamais venue à l’esprit. Que je sois une femme doit sans doute peser dans la balance mais je fais le pari que ça ne monte pas au bulbe de tous les hommes. Ou alors je me beurre les lunettes. C’est possible.

En règle générale, dépression ou pas, les gars qui vont en Thaïlande ne s’en vantent pas trop. Ils savent bien que s’ils se paient des mineur·es ça peut les rattraper un jour et que s’ils achètent des adultes, ils vont pas revenir faire les finauds dans l’hexagone avec leurs photos de vacances ou de déprime.

Mais comme on nous le martèle constamment, dans certains métiers comme celui de photographe ou de cinéaste, il faut savoir séparer l’homme de l’œuvre. On essaie bien mais on n’y arrive pas toujours. Ça demande un exercice à la limite du détachement de soi tout de même : sélectionner son dégoût en fonction du métier du mec, c’est pas à la portée de tout le monde. J’ai tout de même quelque réticence à serrer la main d’un type dont je sais qu’il a filé un billet à une femme ou un homme pour fourrer sa bite dans son corps et d’avoir en plus le sentiment de faire une bonne affaire. Ça a dû m’arriver mais je préfère ne pas le savoir.

J’en viens au fait. Je vous parle d’un photographe, un vrai, un qui a été «en première ligne» des combats. Il a « l’œil du soldat et l’esprit du guerrier». C’est important de savoir parler de soi dans ce métier, de se positionner. Lui c’est un des plus grands photo-journalistes français. Si, c’est marqué partout, sur son site, ses dossiers de presse et à force de l’écrire c’est repris dans des articles de magazines. Ça doit être vrai.

La guerre et les blousons noirs, il y va «avec distance». Les bordels, il y va avec sa bite et son boîtier.

Il a commencé sa carrière dans les années 80 avec les gros sujets : la guerre et les prostituées. C’est un peu lié notez bien : triompher dans les guerres comme au lit… symboliquement je veux dire parce qu’il était pas au front avec un flingue tout de même. Il explique qu’il n’aborde pas tous les sujets de la même façon. La guerre et les blousons noirs, il y va «avec distance». Les bordels, il y va avec sa bite et son boîtier. Ah ben dites, parfois il faut savoir payer de sa personne.

Il s’installe à Bangkok pendant quelques mois, les «cheveux gominés, des lunettes noires défoncées en peau de polystyrène et des pompes en serpent» et «surgit quand l’épaisse encre de la nuit s’étale sur les trottoirs défoncés de la ville». Lyrique à souhait. Ça vous pose son bonhomme au milieu des maisons de passe et des karaokés. Ce qu’on apprend de son séjour, c’est lui qui l’écrit. Il va de bars en bordels et se fait pote avec les «filles». Ça c’est l’ultra-coolitude parce que ça lui permet de frimer devant les Allemands qui le regardent «un peu écœurés». Ben oui dites donc, un Français qui se faire offrir une bouteille de coca ouverte avec le sexe par une femme à la «face ravagée, aux dents déchaussées et ridée» ça en impose entre européens. C’est qui qu’a gagné la guerre hein ?

Drogue et sexe, belle mythologie viriliste pour soigner sa déprime.

Drogue et sexe, belle mythologie viriliste pour soigner sa déprime. «Ici je ne paie plus» nous dit-il. Good for you ! En échange il ramène des clients, des journalistes. Bref il devient proxo. Il se la joue fauché et se fait payer à manger et à boire par des femmes dont il connait parfaitement les conditions de vie mais lui a tout de même de quoi financer ses films, son Leica, le bus climatisé quand il va se faire bronzer sur les plages de Pattaya et un billet de retour pour la France. Il est fatigué, il rentre au bout de 5 mois avec ses photos. Les «filles», elles, restent. La misère, c’est pour elles. Cette misère qu’il dit photographier à distance il la ramène dans ses valises et compte bien en tirer quelque chose.

Dans la France des années 80 il ne trouve pas à publier ses photos dans les grands journaux et c’est l’éditeur du magazine PHOTO Jean-Jacques Naudet qui le fera. Lui, tant qu’il y a des femmes à poil, il publie. C’est son truc. Ca se discute pas.

« Mes photos n’ont intéressé personne. Ce n’est pas quelque chose qu’on voulait voir. Pourtant, c’était un peu le miroir de nos propres turpitudes. »

Yan Morvan – Vice

Yan Morvan, puisqu’il s’agit de lui, dira de cette époque : « Mes photos n’ont intéressé personne. Ce n’est pas quelque chose qu’on voulait voir. Pourtant, c’était un peu le miroir de nos propres turpitudes. » Cette capacité de certains à se prendre pour l’universel me sidère toujours. Mec, ces turpitudes sont les tiennes et celles de types qui te ressemblent. Nous embarque pas là-dedans. Merci.

L’éloignement garantit l’impunité juridique et morale alors il vaut mieux se fabriquer le discours qui va bien en France et se «considérer comme un ethnologue», ça passe tranquille. Bon, ethnologie c’est quand même un minimum de bac plus cinq mais on va pas chipoter. J’ose à peine imaginer les gros titres des journaux si Françoise Héritier, paix à son âme, avait manqué autant de distance avec les Dogons du Mali. Et que penser d’un ethnologue qui montrerait les dégâts de viols sur les femmes sans montrer les violeurs et tout en violant les femmes, des conséquences de l’esclavage sur tel peuple sans montrer les esclavagistes ? Qu’on serait en train de nous enfumer ? Toussez braves gens, toussez.

Quarante ans plus tard le photographe sort un livre avec les photos de l’époque chez un éditeur, Noeve, qui ne publie visiblement que des hommes. Oui, ça arrive encore, comme un acte de résistance au «politiquement correct» et au féminisme hystérique.

Quand vous sortez un livre photo il vous faut des textes pour le promouvoir. Soit de vrais journalistes font un travail critique détaché de tout entre-soi et au point où nous en sommes ça relève du fantasme, soit une personne pertinente et reconnue sur le sujet écrit un texte et il faut en général payer ce travail, ce qui est normal mais vu qu’il a déjà fallu financer le livre qui se vendra peu, l’argent manque. Soit enfin on envoie son livre à quelques blogueurs en attendant leurs commentaires gratuits. Après on remercie X publiquement, cœur kiss cœur kiss, on partage sur les réseaux un texte que personne ne lit sinon franchement ça voudrait dire que l’esprit critique a déserté ce milieu ce qui n’est pas complètement impossible.

A bien y regarder, ce sont uniquement des hommes qui se ressemblent à bien des égards qui écrivent sur la photographie. Retraités, exilés fiscaux ou enseignants ils écrivent pour leur plaisir, se constituent une belle bibliothèque et ne demandent pas à être payés, enfin, j’espère. La reconnaissance éternelle des photographes affamé·es leur suffit. C’est le problème auquel il faut s’attaquer car sans diversité de points de vue on tourne en rond et l’argent est le nerf de la guerre.

C’est par un de ces blogueurs, Fabien Ribery, que j’ai appris la sortie d’un livre regroupant les photos de Bangkok. Celui-ci est très lyrique, très prolifique et ses textes sont souvent l’occasion d’évoquer son propre univers mental et sexuel. Récemment il concluait sa «critique» d’”Italia” de Martin Bogren en nous expliquant qu’il allait à minima se masturber «dans un lit aux draps bientôt défaits, et tachés de plaisir.» Je vous assure que devant le café du matin ça peut provoquer une nausée surtout quand on connait la subtilité du livre et du photographe. Début janvier, “Mayflies” de Dimitra Dede, très beau et émouvant livre sur le deuil l’inspirait au plus haut point : «A Lascaux, à Chauvet, dans les grottes sous-marines préhistoriques, regardez-bien, il y a des petites filles frottant leur corps nu sur des parois de rêve.» Si si. Vous les voyez pas ? Bref. Passons. Frotti frotta ordinaire.

Ce début janvier 2020, Vanessa Springora nous saisit avec un livre subtil et des entretiens radiophoniques puissants : le consentement. Elle parle de Gabriel Matzneff, auteur prolifique de ces mêmes années 80 qui collectionne depuis toujours les amours avec des adolescentes et pratique le tourisme sexuel dans les pays où était notre photographe. Peut-être se sont ils croisés dans un karaoké de Bangkok et échangé de bons tuyaux. Allez savoir. Un de ses potes de l’époque est toujours photographe là- bas et poste des selfies avec des femmes qui pourraient être ses petites filles.

Les gestes libres sont rares aujourd’hui, où la morale de bas étage valant certificat de bon comportement remplace la pensée et l’expérience.

Fabien Ribery, blogueur.

Mais là ce matin le blogueur attaque direct, brutalement. C’est assez inhabituel chez lui : «Les gestes libres sont rares aujourd’hui, où la morale de bas étage valant certificat de bon comportement remplace la pensée et l’expérience.» Bam ! Dans ta gueule toi qui espères que le monde s’améliore un peu. Pif ! Paf ! Comme dirait un autre blogueur : «les ligues de vertus sévissent» quand elles demandent une mise en contexte de films tournés par un violeur par exemple. Dites, excusez du peu, on parle d’êtres humains là et on s’inquiète à juste titre, vertu ou pas.

Il continue : «Les Occidentaux achètent leur part de rêve, assouvissant leurs pulsions et leur besoin de tendresse.» Be-soin-de-ten-dresse ! Je ne sais pas comment vous gérez vos besoins de tendresse chers compatriotes mais perso l’idée de filer un bifton pour obtenir un service sexuel ne saurait étancher cet éventuel besoin. Et puis c’est énervant d’être incluse dans une pratique quasi exclusivement masculine. Enfin il conclut «Dans un texte important, bien éloigné du politiquement correct, le photojournaliste raconte : « Dans les bars des quartiers de Bangkok, passé minuit, le flash de la nuit s’imprime sur ma rétine comme une explosion atomique. Locataires des hôtels borgnes fétides, abritant les passes à 30 ou 40 Baths. Sur ces femmes on monte à plusieurs pour amortir les coûts, comme dans l’autocar. Un sur le siège, un débout en équilibre et le troisième accroché à la portière. Pour oublier, assumer, entretenir, on boit du Mekong, la drogue locale autorisée, savant panachage de fiel de bœuf et d’eau du Klong, qui rend aveugle. Voici BKK, de Yan Morvan, le premier des réalistes.» A côté, c’est sûr qu’”Italia” assure à peine une vague érection. Là, il est au taquet. Le premier des réalistes. Rien que ça.

Ce que ne fait jamais Ribery c’est de parler du livre en lui même, de cet objet hautement masturbatoire apparemment. Et cet objet-là, à ce moment-là de l’histoire contemporaine, est particulièrement signifiant.

Les projets “kérosène” sont ces grandes idées dont certains hommes ont le secret comme Yann Arthus Bertrand, Philippe Chancel et Yan Morvan : des milliers de kilomètres en avion, des hélicoptères, des fixeurs, des livres énormes et d’immenses tirages : empreinte carbone à défaillir, enrichissement du photographe, intérêt pour l’humanité très limité.

Tout d’abord rappelons qu’aucun livre (ou presque) n’est publié par un éditeur sans financement extérieur. Morvan a touché un paquet de blé pour faire un projet qui sent le kérosène à plein nez. Les projets “kérosène” sont ces grandes idées dont certains hommes ont le secret comme Yann Arthus Bertrand, Philippe Chancel et lui-même : des milliers de kilomètres en avion, hélicoptères, des fixeurs, des livres énormes et d’immenses tirages : empreinte carbone à défaillir, enrichissement du photographe, intérêt pour l’humanité très limité. Là, c’était pour photographier des champs de batailles à travers le monde par celui qui était passé d’”ethnologue” à “historien militaire français“. Sans rire. La capacité à s’auto-diplômer de certains me sidère toujours.

«Je suis contre le politiquement correct»

Fabien Ribery, Jean-JacquesNaudet, Hervé Le Goff, Eric Zemmour, Yan Morvan…

Admettons qu’il amène l’argent à l’éditeur. Ça se refuse pas entre potes. Ce sont des milliers d’euros. Il faut quand même oser publier un livre sur ce thème en 2020 sans aucune mise en contexte et penser qu’on va en vendre. Ribery nous a prévenu : “pas de politiquement correct”. Je demande à Morvan sous un de ces posts d’où venaient les «jaunes, rouges et noirs» dont il est question dans son texte et qu’on ne voit pas dans son livre. Il me répond : «je ne suis pas politiquement correct». On dirait Zemmour. Ca permet de couvrir les pires saloperies en général. Naudet aussi évoquait «les délires du politiquement correct» lorsque l’affaire de pédocriminalité par David Hamilton fut révélée et qu’il mit fin à ses jours. Hervé Le Goff, journaliste photo, avait enchainé en traitant les femmes de vipères. Moi je voulais juste savoir si il y avait des Péruviens ou des Camerounais par exemple à Bangkok, en 1980. Je sais, je taquine.

«Le combat le valait bien» m’écrit-il. Mais quel combat ? Quel combat ? Je ne saurai pas. Il m’a bloquée et a remodelé ses réponses, bien policées, comme si je n’allais rien voir. Il me prend pour une quiche. Mauvaise pioche.

Yan Morvan BKK

Le livre donc : souple, noir et blanc, 176 pages, belle impression. 44 euros et 195 en édition collector. Sur la couverture une femme masque son visage avec ses mains et on devine le titre et le nom de l’auteur en haut à gauche. A l’intérieur 110 photos de femmes thaïlandaises, prostituées pour la plupart on imagine, dans leur quotidien ou au travail. Des hommes thaïs dont on ne sait pas toujours s’ils sont proxos, clients ou eux-même prostitués. Aucune légende. Aucun nom. Ca n’a pas de nom tout ça. Les prostituteurs sont quasi absents : on voit un anglais en costume blanc tenant dans ses bras des enfants dont on ne sait s’il vient de ou s’il va les violer. Un autre occidental apparait le visage en partie masqué par celui d’une femme. Il nous aura au moins épargné la vision de lui-même participant à tout ce merdier comme son confrère d’Agata.

Le texte écrit dans les années 80 par Morvan est traduit en anglais en fin de livre. Il n’y a aucune introduction informant le lecteur sur l’auteur, sur la signification de BKK, aucune mise en contexte. Son nom suffit au grand photo-journaliste. Il n’y a aucune bibliographie. Rien. Son texte n’est en aucun cas un texte ethnographique et en dit plus sur la brutalité de sa position dans ce contexte que sur le système lui-même.

Il conclut son texte : «Sans espoir d’en sortir, elles font le suprême don d’elles-mêmes. Et qu’on banisse le mot «putain» du vocabulaire.» Là je dis : grand prince !

Voilà, fin du voyage : tu baises, tu te défonces, tu baises, tu te défonces mais tu reviens et tu nous expliques comment nous devons nommer la réalité.

Ce qui est au fond assez rassurant c’est que j’ai la sensation que ce livre ne se vendra pas : l’auteur se plaignait dans un post qu’il n’y avait personne à la signature de son livre en décembre et “spoiler alert”, je ne l’ai trouvé nulle part et on a dû me le prêter.

Et ça, tu vois mec, c’est le combat des femmes du monde entier et de leurs alliés qui grignote ton terrain de jeu, et c’est le combat de pays d’Asie du sud-est de ne plus vouloir de nos déchets, dans tous les sens du terme.

Marie Docher, membre de LaPartDesFemmes

Toutes les informations de ce texte trouvent leurs sources dans le livre BKK de Yan Morvan, 2019, aux éditions Noeve, d’articles publiés par Le Monde, FishEye Magazine, Vice et le blog L’Intervalle. En ce qui concerne les commentaires sur le “politiquement correct” de JJ Naudet et H.Le Goff, ils ont été publiés en ligne, sur les réseaux sociaux (Facebook), en mode public.

Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail

16 thoughts on “Ma bite et mon boîtier : la fin d’un mythe viriliste.

  1. TERRY says:

    Juste MERCI
    Merci pour cet article caustique à souhait qui remet quelques pendules à l’heure !

    Répondre
  2. Kiosquenet says:

    Sans une photo de cet éminent ethnologue avec balle dans chaque genou je ne suis pas acheteur de son bouquin.

    Répondre
  3. Actustragicus says:

    BKK = Bangkok, à mon avis (après vérification, c’est le code de l’aéroport international). Et sinon, merci de donner à voir les choses telles qu’elles sont.

    Répondre
  4. Nemo says:

    Le photographe: « Mes photos n’ont intéressé personne. Ce n’est pas quelque chose qu’on voulait voir. Pourtant, c’était un peu le miroir de nos propres turpitudes. »

    Vieille maxime du droit: “Nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes”

    Répondre
  5. Solange Bidault says:

    Bonjour,
    Suite à la lecture de l’article de Marie Docher, je souhaiterais proposer au collectif du journal féministe “Casse-rôles” de passer cet article (ou une partie ?). Est-ce possible ?
    En tout cas, bravo pour le fond et la forme !
    J’avais écrit un article appelant au boycott des spectacles de Cantat (meurtrier), ce qui m’a valu pas mal de critiques… mais je persiste, et Casse-rôles aussi avec Polanski…
    Cordialement, Solange

    Répondre
  6. flo says:

    MERCI. MERCI de dénoncer l’exploitation humaine. Ras le bol de ces merdes qui se complaisent dans leur pouvoir pseudo-artistique.

    Répondre
    1. La Part des Femmes says:

      Où lisez-vous une claire opposition ? Et s’il y en avait une elle devrait être très claire dans le livre. Or ce qui est questionné dans cet article c’est la parution de ce livre, fin 2019, sans aucune mise en contexte.

      Répondre
    2. Laure says:

      Je ne vois aucune opposition claire, juste un lyrisme exacerbé pour mettre en valeur toute cette prostitution.

      Répondre
  7. Bichou says:

    On ne peu s’empêcher de penser également au travail d’Antoine Dagata

    Répondre
  8. Céline says:

    Mais que ça fait du bien un article aussi bien écrit, construit, drôle et intelligent.
    Comme vous quand je déprime je n’ai jamais mais alors jamais idée de me fondre dans la peau d’un salaud consommateur de gamines à Bangkok, par contre prendre mon boîtier et chercher la beauté, du sens voire le visage qui va éclairer ma journée ben ça suffit à mon bonheur.
    Mais bon je ne suis qu’une femme la subtilité d’un ouvrage aussi dégueulasse m’échappe sûrement !

    Répondre
  9. DOM says:

    merci mille fois. J’ai parlé ces derniers jours avec une amie des photos d’Hamilton mais surtout des textes qui … agrémentent le livre Les Demoiselles. Textes d’ Alain Robbe- Grillet, sado masochiste notoire sur la place de Paris et ami de David Hamilton, signataire d’une pétition réclamant un assouplissement des lois concernant les relations sexuelles avec les mineurs. Le texte du livre Les Demoiselles est sans équivoque, cafi d’allusions et de métaphores à caractère SM et pédophiles.

    Répondre
  10. Marie says:

    J ‘ai éprouvé le même dégout lors de la double exposition: Anticorps d’Antoine d’Agata au Bal et aux Filles du Calvaire, largement encensée par toute la presse… c’était en 2013, autre époque je suppose..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *