Les Guerrilla Girls ont annulé leur contrat éditorial avec Phaidon, en cause : les liens de la maison d’édition avec Leon Black, associé de Jeffrey Epstein

Le groupe activiste a renouvelé ses appels à la démission de Black du conseil d’administration du MoMA et fait savoir qu’il avait annulé son contrat après avoir réalisé que Black était le propriétaire de la maison d’édition.
Cet article de Hakim Bishara est paru sur le site Hyperallergic le 1er février 2021. Nous remercions l’auteur de son autorisation de traduire et publier son texte.

Couverture du livre Guerrilla Girls: The Art of Behaving Badly par les Guerrilla Girls (2020, Chronicle Books) (courtesy of the Guerrilla Girls)

Le Musée d’art moderne (MoMA) de New York fait face à une pression croissante pour se séparer du président de son conseil d’administration, Leon Black, suite aux révélations sur ses liens étroits avec le milliardaire Jeffrey Epstein inculpé pour crimes sexuels. Le groupe activiste Guerrilla Girls, qui exprime cette demande depuis 2019, a révélé avoir annulé un contrat d’édition avec Phaidon Press cette même année après avoir réalisé que l’éditeur d’art était la propriété de Black

Les Guerrilla Girls affirment qu’elles ont passé un contrat avec Phaidon Press en 2018 pour publier un livre relatant leur activisme depuis 1985. Dans un rapport du New York Times, le groupe a d’abord révélé qu’il avait rompu le contrat un an plus tard, après l’annonce des liens entre Black et Epstein. Au lieu de cela, le groupe a publié ” Guerrilla Girls: The Art of Behaving Badly” avec Chronicle Books en 2020.

“Nous avons décidé que nous en pouvions pas travailler avec Phaidon”, ont déclaré les Guerrilla Girls à Hyperallergic dans un courriel. “L’équipe a été très compréhensive, mais le patron était furieux, nous disant qu’aucun autre auteur n’exprimait nos inquiétudes.”

Peu après avoir abandonné leur contrat d’édition avec Phaidon, les Guerrilla Girls ont collaboré avec Art in Ad Places – un groupe d’artistes militants formé par RJ Rushmore, Luna Park et Caroline Caldwell – sur un achat secret de publicités ciblant le MoMA. Les deux groupes ont placé une affiche sur une cabine téléphonique devant le musée, appelant au départ de Black et Glenn Dubin, un autre milliardaire et associé d’Epstein membre du conseil d’administration.

“Le MoMA devrait renvoyer immédiatement Leon Black et Glenn Dubin de son conseil d’administration, draper les galeries Black et Dubin en noir et mettre des cartels expliquant pourquoi”, selon l’affiche, qui porte le logo du masque de gorille, signature du groupe.

La semaine dernière, M. Black a annoncé qu’il quitterait le poste de PDG de sa société de capital-investissement Apollo Global Management. Sa décision est intervenue après qu’une étude de la société ait révélé qu’il avait versé à Epstein 158 millions de dollars entre 2012 et 2017, en plus d’un prêt de 30 millions de dollars. Le rapport a conclu que les transactions étaient “légitimes” et qu’il n’y avait aucune preuve que Black ait participé aux activités criminelles d’Epstein. Cependant, le rapport montre que Black a fait preuve d’indulgence envers Epstein, en affirmant que le délinquant sexuel avait “purgé sa peine” après avoir accepté un accord en Floride en 2008 sur des accusations de prostitution impliquant une mineure.

Dans leur déclaration à Hyperallergic, les Guerilla Girls ont demandé “Comment Black, un homme d’affaires avisé et qui connaît ce milieu, ne pouvait-il pas savoir que son argent pouvait permettre à Epstein de continuer à abuser et à trafiquer des jeunes filles jusqu’à sa mort suspecte en 2019 ? Black était-il complice ?”

Le groupe a poursuivi avec un message au MoMA, disant : “Comment expliquer le silence du MoMA ? Et pourquoi le MoMA tolère-t-il des gens comme Black et Dubin dans son conseil d’administration ? Si nous sommes coincés dans un système où nos institutions éducatives exonérées d’impôts doivent dépendre de l’argent des super riches, elles devraient au moins choisir des membres du conseil d’administration qui rendent le monde meilleur, et non pire.”

Le MoMA n’a pas répondu à la demande de commentaires d’Hyperallergic.

Le groupe a exhorté les artistes et les auteurs à “repenser leurs relations avec Black, Dubin et Phaidon”.

“Nous suggérons que Black et Dubin quittent le MoMA, se joignent à tous les autres administrateurs de musées d’art nefastes (Kanders, Fink, Sackler, Koch, etc, etc) et forment leur propre musée d’art des milliardaires disgraciés”, a ajouté le groupe. “Les Guerrilla Girls proposent d’écrire les cartels”.

Facebooktwitterpinterestlinkedintumblrmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *